La Crypto-devise sabote la recherche de Vie Extraterrestre

  Non seulement le Bitcoin détruit la planète grâce à son appétit insatiable pour l’énergie, mais il pourrait entraver la chasse à la vie extraterrestre. Un radio-astronome a déclaré...
 

Non seulement le Bitcoin détruit la planète grâce à son appétit insatiable pour l’énergie, mais il pourrait entraver la chasse à la vie extraterrestre. Un radio-astronome a déclaré à des journalistes de la BBC que les scientifiques ont du mal à accéder au matériel informatique en raison d’une augmentation soudaine de l’exploitation de la crypto-monnaie.

Nous aimerions utiliser les derniers GPU [unités de traitement graphique]…. et nous ne pouvons pas les obtenir, a déclaré à la BBC Dan Werthimer, directeur scientifique du Berkeley Seti (Search for Extraterrestrial Intelligence).

Les chercheurs de Seti espèrent étendre son activité à deux observatoires – un en Virginie de l’Ouest (Green Bank) et un en Australie (Parkes) – mais ces plans sont retardés par la pénurie de GPU.

Les GPU sont des puces conçues pour traiter des images, de la vidéo et des animations pour l’écran d’ordinateur, mais elles sont de plus en plus utilisées pour des tâches non graphiques qui impliquent beaucoup de calcul répétitif – par exemple, l’extraction de crypto-monnaie ou l’écoute de signaux extraterrestres.

A Seti, nous voulons examiner autant de canaux de fréquences que possible parce que nous ne savons pas sur quelle fréquence E.T sera diffusée… et nous voulons rechercher un grand nombre de types de signaux différents – AM ou FM, quelle communication utilisent-ils ?, ajoute Werthimer.

Comme on pouvait s’ y attendre, ce genre de choses demande beaucoup de puissance informatique. À Berkeley, il y a environ 100 GPU qui passent au crible les différentes fréquences radio de notre galaxie en ce moment même.

 

 

Aaron Parsons, de l’Université de Californie à Berkeley, a déclaré à la BBC que son équipe envisage d’étendre son radiotélescope (l’Hydrogen Epoch of Reionisation Array, ou HERA) mais les GPU qu’ils ont en vue ont doublé de prix en seulement trois mois.

Nous serons en mesure d’ y faire face, mais cela vient de notre budget d’urgence, a-t-il dit. M. Parsons estime que tout cela coûtera 32 000 $ de plus et prévient que les projets futurs pourraient être suspendus si cette tendance se poursuit.

Le Bitcoin a été surnommé, à plusieurs reprises, un « poison nocif »,« la mère de toutes les bulles », et « un stratagème Ponzi et une catastrophe environnementale ». Mais, en dépit d’une chute récente de la valeur, il reste populaire et on estime que l’Islande consommera plus d’énergie dans l’exploitation minière de Bitcoin que dans tout les maisons en 2018.

Pendant ce temps, d’autres devises cryptographiques traversent la vague bitcoïne-mania. L’Ethereum par exemple. Selon Matthew Hickey, expert en cybersécurité, les mineurs de Bitcoin utilisent maintenant des puces Asic spéciales, mais il est toujours possible de gagner de l’argent dans l’Ethereum en utilisant des GPU ordinaires.

SOURCE

Aucun commentaire

Laisser une réponse

*

*

À Découvrir Aussi